dimanche 28 octobre 2012

Grain de bonheur



Les gouttes d’eau
Sont de minuscules perles 
Sur les herbes frissonnantes.


Un merle noir picore
Un grain de lumière
Sur la pelouse humide.


Il grappille une éclaircie
Pour nourrir la nichée
Qui piaille tout là-haut.


Le ciel capricieux a ouvert
Une porte timide
Au soleil embusqué.


Un rayon de tendresse
Oblique sous l’arche
D’un vieux pont de pierre.


Invisible, l’oisillon pépie, 
Frétille d’envie, 
Pétille de vie.


Le merle s’est envolé.
L’oisillon rassasié
S’est tu pour un moment.


Le rayon de soleil s’est effacé.
La pluie a repris,
Ondée délicate.


Jean-Pierre Gardelle