mardi 18 décembre 2012

La malle au grenier

Maman chemine à petits pas,
Dans le couloir au carrelage nu
Froid.


Sautillant, un enfant la dépasse
Impatient et rieur.
Mon enfant.

Il pousse devant lui,
Comme un cerceau virevoltant
Sa vie.

Elle a perdu la trace de ce qu'elle fut,
Mais elle reste
Maman.

Tout à l'heure, je fermerai
La porte de sa chambre
A clé.

Son esprit s'est égaré
Dans les étoiles d'une galaxie
Éteinte.

La malle des jours heureux
Se referme lentement
Dans ses yeux.

Tout à l'heure, dans le grenier,
Pour toi mon enfant, nous ouvrirons
La malle aux souvenirs.

Les photos sépia des jours
Qui t'ont façonnés
Sont là.

Ta grand-mère, jeune fille, riait,
Des fleurs dans les cheveux,
La jupe coquine.

Elle brillait dans les yeux
De son amoureux,
Joie !

La malle des jours heureux
Gonflait de promesses murmurées,
Celées au coeur.

Pour toi, mon enfant mon sourire,
La malle des jours à venir
Déborde.

Puise l'étincelle de bonheur,
et va, va, va !

Jean-Pierre Gardelle